Mapping 3D sur le Château de Saint-Germain en laye

Mapping 3D sur le Château de Saint-Germain en layeHier soir, sur les 1600 m² de la jolie façade du château de Saint-Germain-en-Laye, Lexus, en l’honneur de la sortie de sa première compacte hybride, a projeté une publicité pas comme les autres. En effet, vers 21h, les spectateurs transis de froid ont eu droit à un show du futur de 8 minutes rythmé par les cymbales endiablées de Medi, le batteur de Charlie Winston et leader de Medi and the medicine show.

Le château transformé en véritable hologramme grâce à une vingtaine de vidéoprojecteurs a révélé le design de la nouvelle Lexus, mais aussi le savoir-faire de Nathanaëlle Picot, conceptrice de décors vidéo en animation 3D, et de son équipe. Cette dernière a utilisé la technologie du Mapping 3D qui permet d’obtenir des résultats fascinants en terme de Vdjing en jouant sur la forme et le relief du bâtiment sur lequel la vidéo est projetée.

Lors de la sortie du film Iron Man 2, nous avions eu l’occasion de voir une vidéo de ce type de travail sur le château de Rochester en Angleterre. Impressionnés par cette fabuleuse manière de donner vie aux monuments, nous nous sommes empressés hier de monter dans notre petit RER pour assister au spectacle.

En voici un extrait :

Magnifique, non ?

Le château se transforme sous l’effet de la lumière. Les images se tissent entre elles pour mieux construire et déconstruire la façade. Les fenêtres s’éclairent comme si un esprit avait envouté les lieux. Ça s’effondre dans un coin, ça explose dans un autre, ça ondule, ça s’émiette, ça fond, ça fleurit… C’est vraiment très joli et très impressionnant, mais le résultat est partiellement gâché par la trop grande présence de la marque.

Un événement de cette ampleur ne peut bien sûr qu’être sponsorisé par une grande entreprise et celle-ci le fait dans un but clairement avoué de médiatisation. Mais à partir du moment où l’on obtient quelque chose de si spectaculaire, a-t-on besoin de rabâcher à ce point là le Logo ? Quelques bonnes idées auraient suffi à l’instar de ces fenêtres qui se font phares menaçants comme si la façade allait bondir sur ses quatre roues, ou de cette évocation filée de l’univers de la métallurgie avec ces passages vidéos qui nous aspirent au cœur d’une chaîne de montage infernale semblant sortir de Matrix. Les moments en aplat, par contre, du bolide qui fait des allers-retours le long des balustrades, constrastent en qualité et brisent un peu le rêve.

Il n’empêche que le Mapping 3D renouvelle complètement le principe de la projection vidéo et qu’il s’agit d’un formidable moyen de mettre en valeur nos chefs-d’œuvre architecturaux. Après ça, n’importe quel son et lumière à base de spots colorés est définitivement rangé dans le domaine du kitch absolu. Avec cette première réalisation sur un bâtiment consacré à « la vie des hommes et leurs inventions », on ne peut qu’espérer que cette technologie se démocratise et devienne à la portée des collectivités pour redécouvrir nos plus beaux châteaux sans avoir à être invité à un cocktail entre initiés*.


* Petit carton rouge pour la Mairie de Saint-Germain qui faisait la promotion de l’évènement sur son site sans préciser que le public ne pourrait accéder à l’esplanade du château privatisée pour l’occasion.



À lire aussi :

Laisser une réponse